Menu Filtrer

Direction Villefranche-d'Allier

Lundi 22 Février 2021
Notre ambassadeur Thierry a pris la direction de Villefranche-d'Allier.
 © Thierry Convers

Villefranche d'Allier s'enorgueillit d'environ 1305 habitants en 2018. C'est après ma visite à Blomard que je me suis rendu dans ce joli village du canton de Montmarault.

 

Le site originel de la commune est Montcenoux, où se fixe un monastère donné par Archambaud II au chapitre Saint-Urbain de Bourges en 1012.

 © Thierry Convers

Mais comme son nom l'indique, Villefranche obtient très tôt, en 1137, sa première charte de Franchise d'Archambaud VI, résidant alors à Murat.

 

Les importants privilèges accordés aux bourgeois sont assez attractifs pour que se constitue à proximité de Montcenoux une bourgade qui se fortifie.

 © Thierry Convers

De nouvelles franchises sont accordées par Archambaud VII à Villefranche-de-Montcenoux en 1217; les privilèges sont encore confirmés en 1257 par Eudes, sire de Bourbon, puis par le duc Louis II en 1336.

 

Villefranche s'administre en nommant des consuls. Au XVIème siècle, Villefranche est l'un de s quatre sièges royaux de la Châtellenie, puis en devient même le siège, et ainsi la première ville de cette Châtellenie.

 © Thierry Convers

 

La paroisse de Montcenoux est supprimée en 1687. L'église en est interdite en 1749; en 1682, le siège de la châtellenie est transféré à Montmarault. Villefranche décline alors même si, pendant la période révolutionnaire, elle devient chef-lieu de canton jusqu'à l'an XIII.

 

La réunion de la commune de Jonzais, en 1836, la création de la ligue ferroviaire Moulin-Montluçon entre 1856 et 1859, et ensuite le passage du chemin de fer économique redonnent une certaine activité. Mais c'est surtout à partir de 1935 que Villefranche bénéficie d'un atout supplémentaire: quelques éleveurs décident de créer un centre d'abattage.

 © Thierry Convers

En 1939 ils font appel à une technique alors d'avant-garde, la congélation, et dans les années 1950, ils conditionnent la viande sous cellophane. Ainsi, le petit abattoir devenu la Socopa a sauvé Villefranche de l'exode rural.

 

En 1972, le ministère de l'intérieur prend le décret de fusion de Villefranche et de la commune de Neuville.