Menu Filtrer

Direction Saint-Pierre-Laval

Mardi 16 Avril 2024
Notre ambassadeur Thierry nous ballade à Saint-Pierre-Laval.
 © Thierry Convers

Ce jour-là, il ne faisait pas bien chaud, un peu de ciel bleu, pas mal de nuages ! Situé aux confins est de l'Allier, Saint-Pierre-Laval et ses quelques 360 habitants environ, ont une vue remarquable sur une montagne bourbonnaise légendaire.  

 

En arrivant, déjà, on s'aperçoit que le village est enclavé dans un monde vallonneux aux portes de la montagne bourbonnaise. Le site se situe sur l'ancienne frontière de l'Occitanie, qui sépare ce qui était nommé le Val de Bourgogne des basses marches du Bourbonnais. 

 © Thierry Convers

Il se trouve au nord des monts de La Madeleine. Ce fut toujours un point de passage important au croisement des anciennes voies romaines Paris-Lyon et Roanne-Varennes. 

 

Les familles Miniers et de La Feige sont deux des principales familles dominant le lieu. Au XIXe siècle, les habitants de Saint-Pierre-Laval sont surnommés les "Peloux" car beaucoup d'entre eux pratiquent l'écorçage de chêne pour le tannage. 

 © Thierry Convers

Les paysages sont magnifiques et les rayons du soleil donnent ce brillant aux couleurs de saison. Un petit étang en bas du village apporte ce petit plus pour quelques photos sympa.

 

De petits chemins font le tour du village que j'empreinte forcément, de belles demeures se font remarquées.

 © Thierry Convers

Le centre-bourg est tout calme, l'église Saint-Pierre du XIIIe siècle y parait immense ! Et la mairie... minuscule !

 

Au pied de l'église, une croix... à deux faces du XVe siècle en lave de Volvic. Cette croix est édifiée sur un fût octogonal.

 

Elle-même potencée, elle montre sur une face la Vierge à l'enfant et sur l'autre, le Christ. des écussons en décoraient l'extrémité, mais ils ont disparu. (Inscrite aux M.H. en 1925). 

 

 © Thierry Convers

Commanditée par Eustache de Châtelus, cette église est édifiée au XIIIe siècle en signe de gratitude lors de son retour des croisades. Il y était un fidèle compagnon du roi Saint Louis. 

 © Thierry Convers
 © Thierry Convers
 © Thierry Convers

A Saint-Pierre-Laval, ça monte et ça descend, une belle descente pour se rendre à la fontaine Saint-Pierre.

 

Saint Martin, connu pour avoir coupé son manteau afin d'en donner la moitié à un pauvre, est soldat de l'armée romaine. Il se convertit après avoir vu Jésus en rêve et oeuvre à la christianisation des Celtes. Au IVe siècle, devenu moine, il passe dans cette région avec deux moines et trouve une source ayant le pouvoir de guérir, à côté d'un menhir représentant Ana, la divinité créatrice. Il veut d'abord le détruire, mais tenant compte du fait que les Gaulois croient en l'immortalité de l'âme, il décide, avec l'aide d'un de ses acolytes, tailleur de pierre, d'y édifier une grande croix. La maçonnerie qui abrite la source est récente. 

 © Thierry Convers

Si vous prolongez une petite balade autour de la commune, vous pourrez apercevoir ou voir deux édifices, le manoir des Miniers du XVIe siècle d'où il reste du manoir deux tours et une aile sur les deux d'origine. Cet édifice a été largement défiguré au cours des siècles. Une famille de ce nom, dont tous les membres sont officiers de cette seigneurie, vassale de Châteaumorand, à Saint-Martin-d'Estréaux, y est mentionnée en 1305. 

 © Thierry Convers
 © Thierry Convers

Puis non loin de là, le château de la Faige (ou Feige), manoir de style Louis XIII est édifié au XVIIe siècle sur un fief plus ancien, dont subsistent des murs fortifiés à l'entrée du domaine. la famille de La Faige est en 1261 officier de Châteaumorand. Elle reste en ce lieu jusqu'en 1488, date de la mort de Loÿs de La Faige. 

 

Deux autres châteaux sont sur la commune, le château de la Tour-Chalabran du XVIe siècle et le château de Beauvert du XIXe siècle. Sans oublié la ferme de La Tour-Chalabran, l'auberge du Bois-Droit ou la tour de La Motte sur la route d'Arfeuilles. 

 

(Source le patrimoine des communes de l'Allier aux éditions Flohic édité en 1999) 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Saint-Pierre-Laval 

 

 © Thierry Convers