Menu Filtrer

Direction Mercy

Vendredi 19 Avril 2024
Notre ambassadeur Thierry nous fait découvrir la commune de Mercy.
 © Thierry Convers

Voilà un bien joli nom pour ce petit village bourbonnais.

 

Situé dans un environnement idyllique, il ne compte que 231 habitants au recensement de 2021. Une petite mairie légèrement excentrée, une église Saints-Pierre-et-Paul de 1913, quelques jolies maisons, certaines à pan de bois, en brique et grès rouge du XVIIIe siècle.

 © Thierry Convers
 © Thierry Convers
 © Thierry Convers

La commune est agrémenté magnifiquement de petits étangs où les oies Bernaches s'éclatent, où les chevaux profitent et les arbres se reflètent !

 

Un vrai bonheur de se balader en captant une belle lumière de fin de journée, absolument pas du tout envie de partir !

 

 © Thierry Convers

Des traces de haches ont été découvertes aux Diots, et des vestiges d'habitat gallo-romain mis au jour lors de fouilles dans les années 1880, de même que le passage d'une voie romaine, attestent une occupation ancienne du site de Mercy.

 

A Buffévent ont par ailleurs été découverts de nombreux ossement ainsi qu'un nénitier remontant au moins à l'époque romane.

 © Thierry Convers
 © Thierry Convers
 © Thierry Convers

Le terrier de Buffévent, daté de la fin du XIIIe siècle, semble avoir été très étendu.

 

La paroisse englobe d'autres terres nobles, comme le domaine des Grosdots et la seigneurie de Mercy, établie sur deux mottes appelées mottes de Mercy-Le-Vieux.

 

Mercy connaît également une tradition industrielle, notamment une fabrique de couteaux et poteries. De 1861 à 1891, la popualtion de Mercy double, passant de 414 à 820 habitants, avant de retomber à 548 en 1954.

 © Thierry Convers

Mercy est vers 1840 une commune pauvre et presque déserte, mais l'installation dans les années 1950 d'un établissement avicole, le couvoir de Lormont, a connu un succès notable.

 

L'église Saints-Pierre-et-Paul date de 1913. Avant la Révolution, Mercy possède longtemps deux églises, mentionnées dans un pouillé de 1535 : celle de Mercy-le-Vieux, dépendant du prieur de Souvigny, et celle de Saint-Lambert-des-Chézeaux, relevant du prieur du Saint-Sépulcre de Jaligny.

 

Bien que demeurant une paroisse à part entière, Mercy se retrouve par la suite paradoxalement dépourvu de sanctuaire, et les paroissiens sont obligés de se déplacer chaque dimanche à Chapeau.

 © Thierry Convers
 © Thierry Convers
 © Thierry Convers

Un désaccord étant né entre les municipalités de Mercy et Chapeau à propos du cimetière commun, l'affaire fut portée devant le préfet de Moulins qui donna l'autorisation d'ouvrir un cimetière dans la commune de Mercy. Le cimetière appelait logiquement une église, qui fut construite en 1913 et appartient désormais à l'évêché. Elle se caractérise par une nef terminée par une abside en hémicycle et un clocher carré.

 © Thierry Convers

Ce jour-là, la lumière de fin de journée était un vrai bonheur, donnant des ombres presque ténébreuses sur la façade de l'église.

 

Le soleil qui ne demandait qu'à aller se coucher, se donnait en spectacle et semblait me dire, "vas-y, c'est le moment de me figer, tu ne seras pas déçu..." et je ne l'ai pas été, certains clichés sont vraiment pas mal.

 

Merci Mercy ! 

 

 

Source le patrimoine des communes de l'Allier aux éditions FLOHIC éditée en 1999.

 

http://www.mercy.interco-abl.net/

https://fr.wikipedia.org/wiki/Mercy_(Allier)