Menu Filtrer
27 mai 2021 | N°591

L’Allier en couleur !

Du 9 juin au 18 septembre 2021, “Lumières sur le Bourbonnais” signe son grand retour !


 

Après Moulins, Cusset, Montluçon, Commentry, Vichy et Néris-les-Bains, qui vont s’illuminer à nouveau, c’est au tour de Bourbon-l’Archambault (9 juin) et de Châtel-Montagne (12 juin) de bénéficier du programme d’illuminations des patrimoines remarquables porté par le Conseil départemental de l’Allier, grâce à la technique du vidéo-mapping.

 

En effet, pour cet acte 5, Bourbon-l’Archambault complète la thématique du thermalisme tandis que Châtel-Montagne ouvre le chemin de l’art roman.

 

 

 

 

Sur le chemin du thermalisme

La façade du château de Bourbon-l’Archambault, témoin inestimable de l'histoire du Bourbonnais, sera l’écran de ce nouveau spectacle lumineux qui met en avant l’environnement culturel et naturel de la cité de caractère. 

Le voyage mènera le spectateur à suivre le dieu Borvo, guérisseur et Bormona, déesse des sources et des rivières aux origines d’une eau qui a fait la réputation de la station thermale. L’époque médiévale dont ce village a gardé l’accent, se déploie au moyen de décors, de joutes et d’amour courtois. Des vitraux apparaîtront ensuite, inspirés des Saintes Chapelles, représentant les Ducs de Bourbon. Ils prendront aussi un aspect plus moderne et scintillant en musique. Enfin, un paysage champêtre rappellera le travail des métayers sous l’œil attentif d’un régisseur. Un final fait de mosaïques et de cascades d’eau produira un retour aux sources, avec un clin d’œil aux illustres visiteurs des thermes.

 

Sur le chemin de l’art roman

Pour ouvrir le chemin de l’art roman le 12 juin, Châtel-Montagne aura pour écrin, l’église

Notre-Dame qui donnera un relief si particulier aux paysages bucoliques environnants formés de montagnes, de rivières et de tourbières.

C’est dans un cadre naturel que s’ouvrira le spectacle qui laisse entrevoir les légendes et l’imaginaire local, avec ses grottes et ses créatures. Puis l’histoire de l’église elle-même prendra vie lorsque des échafaudages se mettront en place et que les bâtisseurs s’activeront. Les pierres de la façade s’estomperont alors, pour faire apparaître des peintures murales et des mosaïques. Ou encore le mécanisme de l’horloge qui rythme le temps, accompagnant l’arrivée des vitraux classiques puis contemporains. Des enluminures et des bijoux viendront ensuite recouvrir l’église. Enfin, en clin d’œil à l’artisanat local, le mapping se refermera sur des couleurs animées et des lumières rythmées par les notes d’un orgue puissant sur une œuvre d’Eugène Gigout. Beauté et joie viendront conclure cette scénographie de lumières féériques.